Vous recherchez quelque chose ?
Catégorie

Non classé

Epicure, le restaurant 3 étoiles du Bristol

Sur un coup de tête, un samedi midi maussade, nous avons réservé un repas au Bristol, au restaurant  Epicure, la cuisine 3 étoiles d’Eric Fréchon.

Pourquoi un tel repas sur un coup de tête me direz-vous ? Parce que comme c’est le cas pour de plus en plus de restaurants, en particulier étoilés, la direction demande une empreinte bancaire de 250 euros par personne. Je préférais donc être certaine de ne pas être pris pas de grippe intempestive ou autre gastro inopinée.

Nous n’étions pas dans la salle habituelle en raison de travaux dans le jardin. Il n’y avait pas de lumièe naturelle mais ce n’était pas trop gênant. Le décor ne nous faisait pas oublier où nous étions.

Salle Epicure Bristol

Pour un déjeuner exceptionnel qui ne se reproduira pas avant un moment, nous avons menu signature d’Eric Fréchon, avec ses plats emblématiques.

Nous avons donc commencé par une triple mise en bouche à  base d’huître, de crevette et de tartelette aux foies glacée au porto.

Amuse bouche Bristol Epicure

caviar epicure bristol
Caviar de Sologne, mousseline de pommes de terre ratte fumée au haddock, croustillant de sarrasin aigrelette

La première entrée est un plat aussi bon que bon. Le haddock est très léger. La mousseline est tellement onctueuse que je n’ose pas imaginer la quantité de beurre nécessaire. Les petites perles de caviar venaient donner de l’iode et du peps aux pommes de terre, tout comme le croustillant fourrée à la crème aigrelette.

Langoustine Bristol epicure
Langoustine royale, juste cuite au thym-citron, condiment oignon-mangue, bouilles des pinces aux agrumes et coriandre

C’est un plat plus classique. On retrouve souvent la langoustine dans les menus dégustations. La portion est d’ailleurs idéale. La cuisson est parfaite et les goûts se marient très bien. Mais l’assiette a vite été éclipsée par le plat suivant qui est probablement mon coup de coeur du menu.

Poireau epicure bristol
Poireaux d’Ile de France, cuits entier au grill, beurre aux algues, tartare d’huître “Perle Blanche, cébette et citron.

Certains plats sont inoubliables et celui-ci en fait partie. J’avais adoré le poireau chez Alain Passard. J’ai tendance à ne manger le poireau qu’en soupe et pas comme un légume à part entière. Le mariage poireau et tartare d’huître est excellent. Je tenterais bien de le refaire chez moi mais je risque d’être déçue…

macaroni bristol epicure
Macaronis farcis, truffe noire, artichaut et foie gras de canard, gratinés au vieux parmesan.

Sur le papier, ce plat a tout plaire et en vrai, il est fabuleux. Les deux jus sont super goûtus, le mélange truffe noire et foie gras est classique mais il marche tellement bien. Evidemment, on sauce à la fin !

poisson epicure bristol

Merlan de ligne de Saint-Gilles-Croix de Vie en croûte de pain de mie imprimé aux amandes, tétragone mi-cuite relevée à l’huile de curry et péquillos

L’huile de curry est la bonne idée de ce plat, subtil mais suffisamment présente. Mais le plat est assez oubliable comparé au reste.

poularde epicure bristol
Poularde de Bresse cuite en vessie, les suprêmes cuits au vin jaune, écrevisses, bonbons d’abats et truffe noire, les cuites au bouillon de truffe noire, poireaux et pommes de terre.

Le moment tant attendu : la fameuse poularde en vessie, un des plats signature du chef. C’est le genre de plat qu’on ne fera probablement jamais chez soi. Ici, la poularde est cuite pendant 4h dans du vin jaune et oui dans une vessie. Des personnes à la table à côté l’avaient pris à la carte, et le serveur est venu ouvrir la vessie et découper la poularde devant eux. On a pu profiter du spectacle nous aussi ! Avec une cuisson pareille, sans surprise, je n’ai jamais mangé de poularde aussi moelleuse. Le bouillon, un peu gras, était plein de saveurs. Mémorable !

citron epicure bristol
Citron de Menton, givré au Limoncello et citron confit aux saveurs de poire

Citron de Menton, givré au Limoncello et citron confit aux saveurs de poire

Moi qui commence à caler à partir du dessert et qui ne suis pas un bec sucré, j’ai fini tous mes desserts. Entre la poularde et le dessert au chocolat, le citron et la poire apporte une fraicheur appréciable et plein de légèreté.

Monsieur ayant une allergie aux poires, dans ce type de cas il a droit à un autre dessert. C’est donc 2 fois plus de choix et de découverte. Souvent, je finis par être jalouse de son plat… Ce jour-là, il a eu droit à la noix de coco dont la coque était en chocolat blanc. avec un de ces sorbets…

noix de coco epicure bristol
chocolat epicure bristol
Fèves de cacao “origine Guatemala” pépites de grué sablées à la fleur de sel, émulsion de lait fumée à la vanille, glace au grué de cacao

Fèves de cacao “origine Guatemala” pépites de grué sablées à la fleur de sel, émulsion de lait fumée à la vanille, glace au grué de cacao.

Tout était parfait dans ce plat, présenté dans une fève de cacao. 

Le service était aux petits soins. Le prix du menu dégustation est supérieur à de précédents 3 étoiles que nous avons fait. Mais cela s’expliquait facilement par des produits de luxe présents dans le menu : caviar, truffe. Habituellement, ces ingrédients sont proposés en supplément dans le menu de base.

Les portions étaient parfaites, ni trop peu, ni trop copieux. L’équilibre n’est pas toujours là dans la plupart des restaurants mais nous sommes partis en ayant profité de chaque plat.

pain bristol epicure

Mention spéciale au pain dont la farine est faite au Bristol même. 

Côté vin, nous avons bu une bouteille de Savennières, Loire. 100% chenin blanc, voisin de la célèbre coulée de Serrant.

Nous n’avons malheureusement pas pu voir le Chef Fréchon mais à  notre demande, le restaurant nous a envoyé le menu dédicacé.

Nous avons tout de même pu visiter les cuisines et la cave.

Epicure, le Bristol, 112 faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris

Menu dégustation 380 euros 

Week-end à Amsterdam

 

A l’occasion des 20 ans du Thalys, j’ai pris un aller-retour pour Amsterdam, ville que je n’avais encore jamais visité. Ce fut très court mais assez intense avec pas moins de 20 km de marche pour explorer la ville et ses célèbres quartiers… Evidemment, il fallait bien reprendre des forces et partir à la découverte de la cuisine locale et des spécialités indonésiennes.

Food 
Samedi, à peine arrivés et il est déjà midi ! Et à midi, qu’est-ce qu’on dit ? WTF : Where’s The Food ?!

Nous nous sommes calés dans un charmant petit restaurant, près des artères commerçantes, le restaurant Tomaz. Plats simples et nourriture fraîches, y compris les frites. Nous avons testé les croquettes végétariennes ou au veau. Et on a pris le temps de feuilleter un bouquin qui traînait et qui était pour le moins pertinent ! Rien de tel pour attaquer l’après-midi de ballades qui nous attendait.

Le soir venu, on nous avait conseillé de tester un restaurant indonésien. En effet, l’Indonésie étant une ancienne colonie des Pays-Bas, cette cuisine est donc très présente à Amsterdam.

Et quand on a qu’une soirée, rien de mieux qu’un rijsttafel ! Gné ? Rijsttafel signifie le riz sur la table et selon la nourriture indonésienne doit être une célébration de saveurs. Il doit donc y avoir autant de choses que possible sur la table et le riz est au centre de l’attention.

Dans notre menu, il y a donc 10 “petits” plats et 4 plats de viandes. Tout est délicieux et malgré tout, il est difficile de tout terminer. Je vous laisse en juger par les photos.
Brochettes de poulet de porc, avec un vrai goût de grillé, travers de porc grillés, boeuf en sauce curry, oeuf et sauce épicée… Des plats en sauce qui sont contrebalancés par des petits légumes vapeurs ou à la noix de coco, ou du concombre mariné, et bien sûr du riz. Ce type de menu est servi pour 2 et à 30 euros par personne. On en a pour son argent et on peut bien sûr demander un doggy bag sans problème.

 

Le lendemain matin, nous avons petit-déjeuner au soleil, au Rembrandt kiosk dans le quartier des musées, avant de parcourir le musée Van Gogh.

amsterdam-petit-dej-1

Le midi, nous avons, pour changer, pris un repas sain et équilibré au Ivy & Bros. Poulet fumé, poussés d’épinard, avocat, mayonnaise au wasabi. Copieux et très bon. Le Grilled Cheese d’à côté n’était pas mal non plus. Si vous avez l’occasion, Omelegg est plutôt pas mal mais attention à la file d’attente.

A voir

Quelques tips pour visiter : il n’est pas utile d’acheter une carte de transport. Il est possible de visiter une bonne partie de la ville, d’un bout à l’autre, à pied; pourvu que l’on ait de bonnes chaussures.

La ville a beaucoup de musées mais les plus connus sont le Rijksmuseum et le Van Gogh Muséum. C’est ce dernier que nous avons choisi. Les tournesols sont encore plus beaux en vrai. 🙂 Mais, la prochaine fois, le Rijskmuseum aura très certainement droit à notre visite.

Le quartier rouge est bien sûr incontournable, de jour comme nuit. Le musée de la prostitution est très bien et répondra à toutes les questions que vous vous posez sur ces fameuses vitrines.

Le tout en bateau sur les canaux de la ville est aussi une très bonne idée. Je vous conseille en particulier Open boat. Contrairement aux grands bateaux couverts, ils ont ici des petits bateaux pour 12 personnes. Un guide vous raconte un peu d’histoire sur la ville.

Des idées de cadeaux ? Des bulbes de tulipes au marché aux fleurs, du fromage, notamment du Amsterdamer vieilli.

Pratique, il y a un lugage stock à 5 min de la gare pour laisser sa valise tout en profiter de la ville au maximum avant de reprendre le train.

Derniers articles

Epicure, le restaurant 3 étoiles du Bristol

Sur un coup de tête, un samedi midi maussade, nous avons réservé un repas au Bristol, au restaura...